« Il est ressuscité ! Alleluia ! »

Message de Mgr d’Ornellas pour le jour de Pâques

Monseigneur Pierre d'Ornellas

Mgr Pierre d’Ornellas

Jésus est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! L’Apôtre Pierre le proclame aux habitants de Judée : « Dieu l’a ressuscité. » (Actes 2,22) Le Ressuscité a saisi un certain Saul allant vers Damas, devenu Paul, l’Apôtre des Nations, qui clame : « si le Christ n’est pas ressuscité, vaine est votre foi. » (1 Corinthiens 15,17) Il a saisi les baptisés de Pâques. Il nous a saisis.

Regardez Marie-Madeleine à qui Jésus se manifeste (Jean 20,11- 18). Elle le prend pour le jardinier du jardin où se trouve le tombeau tout neuf dans lequel a été posé le corps de Jésus mort. Toute penchée vers l’intérieur du tombeau, elle se retourne et voit Jésus dehors. Ce der- nier l’appelle par son nom : « Marie ».

L’évangéliste écrit alors ce détail curieux : « se retournant, elle lui dit « Rabbouni ! ». » Ce geste de Marie-Madeleine est étrange : elle est déjà tournée vers Jésus avant que celui-ci ne l’appelle. Que signifie donc le fait qu’elle se retourne à nouveau vers lui ? Sans doute, l’évangéliste veut-il exprimer le retournement de la foi. Marie-Madeleine qui ne reconnaissait pas Jésus le reconnaît maintenant : elle est passée au regard de foi. Ou plutôt, elle a reçu la lumière intérieure de la foi parce que le Ressuscité l’a appelée par son nom. Alors, elle passe de la tristesse à la joie.

Jésus est vivant. Mieux, il est « le Vivant » ! Lisant les récits évangéliques de la Résurrection, le Catéchisme de l’Église Catholique dit : « Jésus ressuscité établit avec ses disciples des rapports directs, à travers le toucher et le partage du repas. Il les invite par-là à reconnaître qu’il n’est pas un esprit mais surtout à constater que le corps ressuscité avec lequel il se présente à eux est le même qui a été martyrisé et crucifié puisqu’il porte encore les traces de sa passion.

Ce corps authentique et réel possède pour- tant en même temps les propriétés nouvelles d’un corps glorieux : il n’est plus situé dans l’espace et le temps, mais peut se rendre présent à sa guise où et quand il veut car son humanité ne peut plus être retenue sur terre et n’appartient plus qu’au domaine divin du Père.

Pour cette raison aussi Jésus ressuscité est souverainement libre d’apparaître comme il veut : sous l’apparence d’un jardinier ou « sous d’autres traits » (Marc 16,12) que ceux qui étaient familiers aux disciples, et cela pour susciter leur foi. » (n° 645)

La foi est réponse à l’appel que Dieu fait entendre au fond de nos cœurs. Elle est écho en nous de la Résurrection. N’est-il pas vrai que la foi transforme notre vie ? Plus ou moins lumineuse, elle est une orientation, une force, une paix, une manière d’être et de vivre. La foi est une vie où je reconnais que Jésus est avec moi.

Elle est une lumière qui vacille parfois aux bourrasques de l’existence. Elle est une flamme qui a besoin de l’oxygène de la Parole de Dieu, et de la grâce des sacrements. Elle s’embrase au pur brasier de la foi de l’Église, notre Mère. La foi est désir de Dieu, recherche de son mystère. Elle est bonté, beauté et vérité. Elle est liberté des enfants de Dieu. Elle s’épanouit en charité. Devant la foi des premiers chrétiens, Paul s’exclame : « vous êtes ressuscité avec le Christ. » (Colossiens 3,1)

Marie, toute habitée par la Parole de Dieu, est inséparable de son Fils, dont le corps, désormais glorieux, vient d’elle. Mère du Ressuscité, elle est l’infiniment croyante qui nous accompagne dans notre pèlerinage de foi.

Sainte, lumineuse et joyeuse fête de Pâques à tous et à chacun, à tous ceux que vous aimez !